mardi 26 septembre 2017

Des huguenons iconoclastes !

PROTESTANTISMES ET IMAGES - 1517-2017 - 500 ans de la Réforme 2/6

Gabriel de SACONAY, Discours des premiers troubles advenus à Lyon ... – Lyon : Michel Jove, 1569. – in-8° (Carré d’art bibliothèque, 11378)

Cet ouvrage rédigé après la prise de Lyon par les protestants en 1562 montre la ville symbolisée par un lion mise à sac par des huguenots peints, selon un jeu de mots attesté par la littérature de l’époque, en guenons. On y voit un pasteur en chaire exciter ses ouailles à détruire des crucifix et à piller le mobilier du culte.


vendredi 22 septembre 2017

Echo des livres , septembre 2017


Un comité de lecture de rentrée, avec la bonne surprise de nouveaux participants qui nous rejoignent !!! Nous sommes nombreux, donc, il faut organiser le temps de parole : nous nous limitons à deux livres par personne, mais certaines/certains réussiront à contourner cette règle. Vous découvrirez qui, et comment, en lisant ces lignes…


Denise a lu :


« Fanny stevenson » par Alexandra Lapierre 

Résumé : Biographie à la fois fidèle et romancée, fruit d'une enquête de quatre années. Alexandra Lapierre retrace la vie hors du commun d'une femme résolument moderne, douée d'une volonté de fer et qui, muse et compagne d'un de nos plus grands écrivains, est devenue une légende à elle seule. 


Un roman picaresque et rocambolesque !! l’histoire d’une aventurière. A lire avec fougue, comme a vécu la principale protagoniste.


« Charmer, s’égarer et mourir » de Claire Orban

Résumé : Une plongée en parallèle dans la vie de Marie-Antoinette et dans celle de l'auteure, dont les parcours se répondent et s'éclairent. La reine y est présentée dans toute son intimité, de ses passions amoureuses à ses folies vestimentaires jusqu'à son incarcération et sa fin tragique. 


Il s’agit de l’auscultation psychanalytique de la vie de Marie-Antoinette, sorte de lady Di avant l’heure. Elle a mis les pieds sur une vraie mine anti-personnelle, avec la vie à la cour. Louis XVI a quand même fini par aimer sa reine !!!

Dominique a lu :


Dominique va être la première à faire une vraie entourloupe pour contourner la règle de deux livres présentés : elle va présenter un auteur !  Nous la suivons :


« L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir » par Rosa Montero

Résumé : Un récit qui entremêle la vie de Marie Curie aux souvenirs personnels de l'auteure.


Un récit de la vie de Marie Curie, de la mort de son mari, que l’auteure met en parallèle avec son propre deuil (perte de son époux). Il y a beaucoup de vie et de force chez ces deux femmes. L’écriture est simple, mais elle emporte…


« La chair », par la même auteure

Résumé : Soledad, 60 ans, engage un gigolo de 32 ans pour l'accompagner à l'Opéra et rendre jaloux l'amant qui l'a quittée. A la sortie, un événement inattendu et violent bouleverse la situation et marque le début d'une relation volcanique et dangereuse. Le récit de l'aventure se mêle aux histoires des écrivains maudits de l'exposition que Soledad prépare pour la Bibliothèque nationale.


Un vrai coup de cœur également !!!
Et cette auteure écrit également des romans d’anticipation, dont « Des larmes sous la pluie », qui sont de vraies réussites !


« La tristesse du samouraï » par Victor Del Arbol

Résumé : Trois générations sont marquées par une femme infidèle. Les enfants sont devenus des psychopathes, les victimes des bourreaux et le code des samouraïs ne vaut plus rien. Pour sauver l'honneur de la lignée, quelqu'un doit laver le péché originel.
Il s’agit d’un polar avec un contexte historique fort, pendant la guerre civile en Espagne, puis sur trois générations, jusqu’au coup d’état manqué. On est tenu en haleine du début à la fin.


Le roman tient sur les conséquences perverses d’un meurtre commis pendant la guerre, et sur la vie gâchée de plusieurs familles. C’est un polar très réussi !
Voyez, l’air de rien, Dominique nous a parlé de quatre titres… une bonne recrue !!!


J’ai lu : (je pour Sandrine)
Et vous allez découvrir comment j’ai moi aussi un peu entourloupé…


« Quand sort la recluse » par Fred Vargas

Ce n’est pas vraiment la peine de parler de ce livre, puisque l’on en parle déjà partout…je voulais juste signaler que j’ai encore une fois adoré accompagner Adamsberg dans ses brumes. Seul bémol : c’est la première fois que je devine qui est le criminel avant qu’Adamsberg ne le découvre lui-même.
Néanmoins, un plaisir toujours renouvelé à lire cette auteure !


« Lena Wilder, tome1 : Sauvage » par Johan Eliot

Résumé: Depuis sa naissance, Lena est en fuite à travers les Etats-Unis avec sa mère, qui n'a jamais voulu lui révéler à qui ou à quoi elles tentent d'échapper. A Arkhoon, une triste bourgade, Lena tente de s'intégrer tandis que sa mère travaille à l'abattoir. C'est là qu'elle découvre la vérité sur ses origines, sur son père et sur ses ennemis, les Démarcheurs et les membres de la Horde. 


J’ai entamé ce titre surtout pour découvrir une lecture à conseiller aux jeunes, pas vraiment méfiante, mais pas confiante non plus (si tant est qu’on puisse l’être en entamant un roman). Alors, c’est écrit de façon très simple, et on est accroché tout de suite ! Je ne l’ai pas lâché jusqu’à l’avoir fini, et j’attends le tome 2. 


« Le jardin des sept crépuscules » par Miquel de Palol

Résumé : Un groupe de privilégiés se rassemble dans une forteresse luxueuse et se livre au plaisir de raconter des histoires. Prix Transfuge du meilleur roman hispanique 2015. 


Je suis tombée dans ce pavé de 1200-et-quelques pages, et je ne le quitte plus. Dans un futur proche, plusieurs explosions nucléaires dévastent l’Europe. Des privilégiés du monde de la finance internationale se réfugient dans un château fort dans la montagne, au nord de l’Espagne, et pour passer le temps, se content des histoires. Celles-ci s’enchassent les unes dans les autres, et s’éclairent les unes les autres…et traitent des histoires de la finance internationale, des enjeux financiers internationaux géopolitiques… c’est jouissif ! Et c’est extrêmement documenté dans de nombreux domaines (la mythologie grecque, les mathématiques, l’astronomie, la philosophie…). Bref, un grand livre !!!


André a lu : (A noter qu’André est non-voyant.)


Je voulais parler de l’œuvre de Jacques Sémelin, qui a découvert tout jeune (une vingtaine d’années) qu’il était atteint de rétinite pigmentaire, et que donc, il deviendrait aveugle. Il s’investit dans les études, passe par polytechnique, devient spécialiste de l’histoire des génocides.


« J’arrive là où je suis étranger » par Jacques Sémelin

Le bouquin raconte son évolution, le déni par rapport à l’inéluctabilité de la maladie : il passe par une longue période de non-dit. Il nous raconte toutes ses difficultés… et , en fait, tout s’est amélioré à partir du moment où il a annoncé sa malvoyance.

« Je veux croire au soleil » par Jacques Sémelin

Il raconte son voyage à Montréal, où il est parti enseigner. Il raconte son arrivée, son installation…par exemple, quand il est accueilli dans son appartement, un accueillant explique le fonctionnement du lave-vaisselle… à son accompagnateur, pas directement à lui, parce qu’il est malvoyant ! Bref, j’ai aimé ces lectures car c’est du vécu pour moi. Sinon, c’est bien écrit, et c’est instructif pour des voyants.

Chantal a lu :


« Article 353 du Code pénal » par Tanguy Viel

Il s’agit de la confession d’un meurtrier à son juge d’instruction : comment il en est arrivé à tuer un escroc totalement amoral. C’est très bien écrit, très agréable à lire. C’est un homme simple qui parle de profondeur psychologique : il revit, du fait de sa confession.


 

« D’après une histoire vraie » par Delphine de Vigan

Un excellent roman, une autofiction qui relate l’emprise, la fascination exercée sur l’auteure par une autre femme, extrêmement négative, toxique. Cela se passe, pour l’écrivain, durant une période de pages blanches.


Rebond de Dominique : Moi, j’ai été déçue par ce dernier roman, elle est meilleure dans les fictions. En plus,  c’est à la limite du crédible, même si c’est le propre de l’emprise. J’ai préféré « Les heures souterraines » ou « No et moi ».


« Celle qui fuit » par Elena Ferrante

Résumé : A la fin des années 1960, alors que les évènements de 1968 s'annoncent et que les mouvements féministes et protestataires s'organisent, Elena, jeune diplômée de l'Ecole normale de Pise, est toujours aussi proche de son amie Lila. Leur relation est faite d'amour et de haine, comme celle de deux soeurs qui se ressemblent trop. Les circonstances les amènent à se rapprocher, puis les éloignent.
Pour mémoire, c’est le troisième tome de « l’amie prodigieuse », et … c’est toujours aussi bien !!!


Et hop !, Chantal a cité 3 titres, et tente un quatrième, mais la dure loi du nombre va l’en empêcher… mais c’est néanmoins bien tenté !


Claude a lu :

J’ai décidé de mettre Erri de Luca à l’honneur, car vraiment tous ses livres sont extraordinaires : « le plus et le moins », « Trois chevaux »… Cet homme a dû être ouvrier, il a un sens du social très important. C’est aussi un amoureux de la nature et de la montagne.
En surface, on a du récit. Mais c’est toujours bien plus profond que ça… et c’est un conteur aussi !


« Dans la barque de dieu » par Ekuni Kaori

Résumé : Yôko vit dans le souvenir de son grand amour avec qui elle a eu une fille, Sôko. En partant, il lui a affirmé qu'il la retrouverait n'importe où. Alors chaque année, elle déménage dans une nouvelle ville. Mais un jour, Sôko manifeste l'envie de s'inscrire dans un internat.


Un récit très poétique et délicat : à deux voix, une mère et sa fille. La mère joue du piano, et sa fille est issue d’une magnifique histoire d’amour, hors mariage. Les 2 amants se sont éloignés, mais lui a juré qu’il la retrouverait toujours. Elle se déplace constamment.

Claude a lu :


« Lontano » par Jean-Christophe Grangé

Résumé : Erwan Morvan, commandant à la Brigade criminelle, enquête sur un bizutage qui aurait mal tourné dans une école aéronavale de Bretagne. Mais le cadavre révèle le mode opératoire de l'Homme-clou, un tueur en série arrêté par son propre père dans les années 1980. Les meurtres se succèdent, compromettant tour à tour le père et le fils.


C’est sur toutes les magouilles en Centrafrique (Congo, Ouganda…) et c’est vraiment très instructif, au-delà de l’aspect polar.


« Congo requiem » suite de « Lontano »


Un roman très fouillé et très minutieux, extrêmement drôle, et pas glauque !!!
Passionnant, à dévorer !

Evelyne a lu :


« Le héros discret » par Mario Vargas Llosa

Résumé : Felicito Yanaqué, d'origine modeste, possède une entreprise de transport qui prospère. Il subit les menaces d'une bande de mafieux qui veut lui extorquer de l'argent. Le capitaine Silva et le sergent Lituma mènent l'enquête sur ces criminels. A Lima, Ismael, patron d'une riche compagnie d'assurances, se voit menacé par ses deux fils, qui convoitent sa fortune. L'homme saura répondre à ces menaces. 


L’histoire, à Lima, de deux personnages très différents, et qui se rencontrent à la fin : un entrepreneur, qui va résister à la mafia, un patron, qui va résister à ses fils. Les deux personnages sont en résistance, contre la mafia ou contre la famille.
C’est très bien écrit, comme tous les sud-américains ! [Ce point n’engage qu’Evelyne…]


 

« La bête au ventre » par Edward Bunker

Résumé : Alex est né sous une mauvaise étoile. Sa mère, l'a abandonné et son père a dû le confier à des foyers d'adoption, écoles militaires et autres pensionnats. Commence alors pour lui " le cycle des laideurs ", des tumultes et des larmes ", qui l'amènera, de révoltes en évasions, à connaître la répression sous toutes ses formes. Encore adolescent, Alex est d éjà un " taulard " endurci qui vit la bête au ventre et la rage au cœur.


J’ai pleuré en lisant ce livre… c’est quand même très rare. On suit le héros, dès tout jeune… et quasiment toujours en prison. C’est ce qui est horrible, et inéluctable : c’est très réaliste. Le héros est intelligent, mais il n’y aura jamais de résilience pour lui.


Et nous nous retrouvons le 14 octobre…

mardi 19 septembre 2017

TRUST, Répression

trust répression
Allez savoir pourquoi, c’est en général au cours de l’été qu’on se livre prioritairement à des séances « nostalgie ». Que l’on feuillette quelques livres aimés mais un peu perdus de vue. Que l’on revoit certains de ses films favoris, ou à tout le moins leurs scènes les plus marquantes. Que l’on revit des environnements musicaux que l’on avait un peu oubliés. Et c’est alors, en farfouillant dans un carton rempli de disques, que je suis retombé par pur hasard sur un vieil album de TRUST…

vendredi 15 septembre 2017

Parties communes : La « fête » des voisins

Quelques semaines avant la fête des voisins, dans un immeuble haussmannien, dont un appartement (un seul !) est en vente.
Que cache l’honorable façade (en rénovation ?) de ce bâtiment ?
Que cache l’impeccable (?) chignon de la propriétaire ?
Et plus largement, que cachent les habitants de cet immeuble ?
Quels secrets, liaisons, fantasmes les lient ?


mardi 12 septembre 2017

La forge des idoles

PROTESTANTISMES ET IMAGES - 1517-2017 - 500 ans de la Réforme 1/6


Cette photo du temple de Saint-Cézaire illustre bien le dépouillement des lieux de culte calvinistes et, à travers la chaire et la Bible ouverte sur la table de communion, la place centrale que la Parole de Dieu y occupe. 

Marion MESSADOR, Nathanaël TRAVIER, Temple de Saint-Cézaire (Église protestante unie). – 2017